Rechercher
  • Audrey Lucas

Mon enfant est en colère : nos 6 astuces pour mieux gérer

En tant que parents, nous avons tous connu - ou nous connaîtrons tous - cette immense impuissance face à la colère de notre enfant. C’est comme un volcan qui se réveille, tout à coup, votre ravissante tête blonde éclate. Les murs tremblent presque sous ses cris, et vous vous sentez totalement dépassé. Nous n’avons pas de remède miracle, chaque enfant est différent, et ce qui a fonctionné hier, ne fonctionnera peut-être pas demain. Cela dit, nous n’avons pas de recette parfaite, mais nous avons quelques ingrédients ! Si votre enfant est en colère et que vous ne savez plus quoi faire, suivez nos 6 astuces qui pourraient permettre de mieux les gérer.


Il est important de savoir que chaque enfant passe par cette étape. C’est un passage obligé, même s’il reste particulièrement déroutant pour les parents. Les crises de colère prennent une certaine intensité entre 18 mois et 3 ans. Vous pourriez être le parent le plus parfait, rassurez-vous, vous ne pourriez pas passer à côté. La colère fait partie intégrante du stade du développement de votre enfant. Pour autant, vous pouvez essayer de comprendre ses origines, et obtenir quelques astuces pour vous apprendre à les gérer, ensemble.


1| Comprendre sa colère


Tout d’abord, il est intéressant de comprendre d’où vient la colère de votre enfant. On a parfois l’image d’une cocotte-minute, qui finit par siffler très fort dans nos oreilles.


Votre enfant n’est pas en capacité de gérer encore correctement certaines émotions. Même s’il parle très bien, et comme pour un adulte, il est difficile de mettre des mots sur le moindre sentiment. Il lui arrive donc de perdre totalement le contrôle. Une fois la crise lancée, difficile de le raisonner.


Il existe différentes raisons à sa colère, comme :

  • faire quelque chose qu’il ne veut pas ;

  • manquer de mots pour s’exprimer ;

  • découvrir que, grâce à une colère, il avait eu ce qu’il désirait ;

  • pas pouvoir faire ce qu’il aimerait ;

  • avoir faim, soif ou sommeil ;

  • se sentir dépassé par une émotion très forte comme la peur ou la frustration, par exemple ;

  • etc.


L’important pour vous, afin de pouvoir réagir en conséquence, c’est d’identifier l’élément perturbateur, qui a déclenché la crise. De cette manière, il sera plus facile de désamorcer la situation.


2| Garder son calme


Face à certaines colères, vous êtes parfois tenté de suivre le même chemin que votre enfant, c’est normal, c’est humain. Cependant, il est crucial de se rappeler que des deux, vous restez l’adulte et que dans ce moment délicat, votre enfant a besoin que vous gardiez votre calme.


Si vous vous mettez à crier autant que lui, cela ne fera qu’aggraver la situation : votre enfant sentira le stress engendré par vos propres cris et donnera lui aussi davantage de voix. Non seulement la crise sera plus longue à gérer, mais vous serez tous les deux perdants, meurtris et frustrés.


Au lieu d’aller directement à la confrontation et de chercher à le calmer par tous les moyens, commencez déjà par nommer l’émotion de votre enfant. Il doit percevoir que vous le comprenez.


Si jamais la crise est trop forte, il est même parfois préférable de le laisser aller au bout de sa colère, sans qu’il ne se mette en danger, lui ou les autres, bien sûr. Laissez-lui la distance nécessaire, sans cesser de vous montrer présent pour lui.


Enfin, si vous sentez que vous ne pouvez pas vous maîtriser, n’hésitez pas à demander à quelqu’un de prendre le relais (et si vous êtes seul, tâchez de respirer profondément pour parvenir à reprendre le contrôle).


3| Ne pas lui céder


L’autre partie délicate, c’est de ne surtout pas céder à sa colère. La tentation est forte, surtout si cela se passe en public. Vous sentez que les gens vous observent, vous jugent. Vous avez envie d’abréger rapidement cette crise, et vous finissez par rendre les armes.


Malheureusement, en cédant, vous indiquez à votre enfant une sorte de faille, qu’il aura vite fait d’investir d’autres fois à l’avenir. Car si vous avez cédé une fois, il se peut que cela se reproduise lors d’autres colères.


Souvenez-vous, même un parent parfait devra faire face à ces situations, car tous les enfants se mettent un jour en colère. Laissez donc les regards jugeant de côté, ces inconnus ne connaissent rien de vous. Concentrez-vous sur votre enfant, car sa colère sera toujours un moyen de vous alerter, d’attirer votre attention sur quelque chose qui ne va pas.


4| Nommer ses émotions


Lorsque votre enfant commence à se calmer, n’hésitez pas à poser des mots sur ce qui s’est passé. Voyez ensemble ce qui l’a mis en colère, et verbalisez pour lui, surtout s’il n’est pas encore en âge de le faire.


L’une de nos 6 astuces pour gérer la colère de votre enfant consiste à nommer ses émotions. Ainsi, vous lui permettez de pouvoir communiquer sur sa prochaine frustration, en lui donnant les moyens de le faire différemment. Il sera donc en capacité d’exprimer ce qui le contrarie, sans se sentir submergé par la colère.


Montrez à votre enfant l’importance de verbaliser ses frustrations et qu’il ne doit pas se montrer agressif. En effet, il ne peut pas lancer des objets, taper ou encore se jeter par terre. Faites-lui comprendre que ce n’est pas la bonne manière de communiquer son malaise, qu’il doit apprendre à nommer ses émotions et que vous l’y aiderez.


5| Instaurer un rituel de colère


Avant de pouvoir correctement s’exprimer sur ses frustrations, il existe des alternatives. Vous pouvez décider ensemble d’un rituel lorsque votre enfant se sent en colère. Afin de l’aider à évacuer ce trop-plein d’émotions, il peut :

  • crier dans une boîte attitrée ;

  • dessiner sa colère ;

  • déchirer du papier.


Essayez de conserver le même rituel, jusqu’à ce que votre enfant apprenne à mieux gérer seul ses émotions. Il sera une béquille, un exutoire.


6| Lui apprendre à anticiper


La dernière étape consiste bien sûr à lui apprendre à anticiper sa colère. L’enfant sera peu à peu en mesure de sentir l’émotion monter en lui et d’empêcher qu’elle ne déborde.


En effet, chaque fois qu’il se sentira frustré, il pourra faire quelques exercices de relaxation. Par exemple, il pourra prendre de grandes respirations, pour calmer cette moutarde qui lui monte au nez.


Cette étape n’intervient que lorsque votre enfant est en capacité de reconnaître la colère et ce moment où elle commence à se manifester. Et c’est grâce à vous qu’il finira par la maîtriser.



Oui, les colères sont des étapes obligées dans le stade du développement de l’enfant et vous met à rudes épreuves. N’oubliez pas, en tant que parent, vous faites toujours de votre mieux. Vous êtes humain, vous ne pourrez pas toujours être parfait. Comme nous le disions, nous n’avons pas de recette miracle, uniquement des ingrédients. Vous connaissez maintenant nos 6 astuces pour mieux gérer la colère de votre enfant, et nous espérons qu’elles vous seront utiles pour la prochaine crise !

32 vues
  • Facebook
  • Instagram
Abonnez-vous à notre newsletter

© 2019 par Le Ptit Malin. 

Siret : 517 710 869 RM 078 - CMA des Yvelines